Une histoire hors du commun 

C'est en échappant à un naufrage, vers 1506, que des navigateurs portugais découvrirent l’île, le jour de l’Assomption. Ils lui donnèrent le nom du saint du jour : “Santa Maria”.

Grâce à ses criques et ses baies protégées des tempêtes, Sainte Marie devient une base populaire pour les pirates au long cours. L'île aux Forbans, située au milieu de la baie d'Ambofitotatra, capitale de l'île, a vu séjourner des figures légendaires de la piraterie telles que David Williams, Thomas Tew, Thomas White, La Buse, Plentain et bien d’autres.

A l’époque de la « Compagnie des Indes » au XVIIIe siècle, Sainte Marie devint un haut lieu du commerce dans l’Océan Indien.

En 1750, la Reine Betty épouse le Caporal La Bigorne et l'île est cédée à la France.

En 1960, Madagascar prend son indépendance. Les Saint Mariens deviennent des nationaux malgaches mais avec un privilège particulier, celui d'être admis à exercer sur le territoire de la République Française les droits attachés à la qualité de citoyens français. Ce privilège prendra fin en 1972.

Une île authentique

Sainte Marie est longue de 60 kms sur 5 kms. Elle vous séduit par ses plages de sable corallien et ses cocotiers,  ses mangroves avec palétuviers, ses baies et lagons, ses forêts sèches (nord est) et humide (centre ouest), ses petits villages de pêcheurs, sa forte interculturalité, son authenticité, et son tourisme raisonné.

Côté architectural, l'église de Sainte-Marie au toit rouge est la plus ancienne église catholique de Madagascar.

Les productions agricoles de l'île sont faibles en quantité et surtout pour l'autosubsistance : riz, manioc, patate douce... La principale production est celle du girofle : en moyenne par an, 600 tonnes de clous (le clou est le bouton floral non épanoui et desséché).

Il existe une grande variété de poissons de récif et pélagiques dans les eaux côtières de l'île. Les langoustes, les cigales de mer et les marguerites sont pêchées à la nasse tandis que les calamars et les poulpes sont attrapés par la technique du lamparo.

Une flore luxuriante

Sainte Marie a une végétation luxuriante et une véritable forêt primaire. Diverses épices y sont cultivées (poivre, cannelle, vanille, café, girofle). On y trouve une multitude d’orchidées, dont la magnifique Reine de Madagascar — Eulophiella roempleriana — endémique de l'Ile aux Nattes. 

Les baleines à bosse (Megaptera Novoeangliae)

L'île accueille les baleines à bosse pendant l'hiver austral (de juin à septembre). Parties de l'Antartique, elles migrent à Sainte Marie pour se reproduire et mettre bas dans les eaux chaudes. Ce sont des conditions favorables à la croissance et l'apprentissage des jeunes, à leurs jeux amoureux et à laurs sauts acrobatiques! Le spectacle est de toute beauté et très émouvant!

A la découverte du Grand Lagon

La piste qui part de la route de l’aéroport en direction de l’Est forme une boucle à Ambodiforaha, puis rejoint la capitale. C’est la piste de la Mandraka qui vous conduit au pied du grand lagon Est. Vous êtes sur la côte sauvage de l’île.

C’est dans un parc luxuriant, sur cette côte, que vous découvrirez le Boraha Village, hébergement de charme!

Chargement en cours...